Bienvenue sur OnEnAGros!, le forum qui s’fait un p’tit coup d’Table Ronde ! !

Lisez la charte du forum avant de commencer à participer. Si vous êtes nouveau, une présentation est toujours appréciée afin de mieux se connaître !


Interprète Burgonde
Hors ligne

ca fait quelques semaines que j'ai deserté le forum.. pas par manque d'envie mais juste qu'en ce moment voilà j'avais pas la tête à ça.
Il y a quelques jours un ami que je ne citerai pas m'a dit "quand je t'ai rencontré, ce forum etait l'une de tes plus grande fierté!" et c'etait vrai, j'y venais tous les jours pour vous lire, suivre vos aventures. Un peu comme une famille qui se raconte tout.

Et puis un jour on tape sur l'icone de l'ordi et on se retrouve de nouveau immergée dans vos vies. et puis on clique sur répondre et on commence à écrire.

En ce moment c'est vraiment pas la grande forme. J'a fait un choix dernièrement et ce n'est pas facile.
Les larmes aux bord des yeux continuellement, ne plus pouvoir ecouter de la musique ou alors tout au fond de mon lit sous ma couette: à part le boulot et mes enfants c'est un peu ça le quotidien!
Je sais que cette douleur passera mais  là je voudrais disparaitre à defaut de pouvoir tout changer.
Faudrait que je sois forte, fière, determinée mais non je ne peux pas.... je ne peux plus.

On me dit que j'ai fait ce qui avait à faire, que je n'ai rien à me reprocher mais pourquoi alors je me sens si mal?
J'avais jamais laissé la colère m'envahir comme ça, deferler en moi comme un tsunami.

Pourquoi les gens se font du mal, pourquoi les gens ne peuvent pas être honnêtes tout simplement....?

Chevalier So Briqué
Hors ligne

J'ai pas tout compris, pour être franc.
Du coup je mets un gif de Karadoc, au moins ça peut faire sourire.
En tout cas c'est le but recherché.

Interprète Burgonde
Hors ligne

J'ai mis un terme à une relation avec une personne qui comptait beaucoup pour moi.
C'est récent, douloureux et ce n'est pas forcément voulu.

Tribunus Cohortis Bescherellae
Hors ligne

:(
Tout mon soutien. :hug:

Chevalière à l'Happy Kulture
Hors ligne

Pensées pour toi Forempom ! :hug:

Chevalière Nebulis Causa
Hors ligne

Forenpom, les mots ne sont souvent d'aucun réconfort dans cette situation alors je te fais un gros :hug:

Chevalier aux Pouces Verts
Hors ligne

Tout mon soutien !

Chevalier
Hors ligne

Courage Forenpom :hug:

Chevalier So Briqué
Hors ligne
Forenpom a écrit :

J'ai mis un terme à une relation avec une personne qui comptait beaucoup pour moi.
C'est récent, douloureux et ce n'est pas forcément voulu.

Ouille :/
On pense à toi quoi qu'il arrive :hug:

Chevalière Urbi et Urdi
Hors ligne

:hug: Mélu et Forenpom !

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Oh Forenpom, je suis navrée pour toi :(

Tu as sans doute très mal parce qu'on a piétiné quelque chose qui te tenait à coeur au point de t'obliger à prendre une décision radicale qui entérine la fin d'un temps heureux. Tu n'as certainement pas pris une décision aussi lourde sans y réfléchir à deux fois, alors sans connaitre les tenants et les aboutissants, je crois dur comme fer que tu as fait ce qu'il fallait.

:hug:

Chevalier Allû Ciné
Hors ligne

Courage Forenpom ! :hug:

Interprète Burgonde
Hors ligne

Merci, tous vos gentils messages me touchent beaucoup!

Semi-Croustillant
Hors ligne

Merci  Bernard, et bon courage Forenpom!

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Bah oui, heureusement que Bébert était là pour te répondre, parce que sincèrement, ton problème, Conteur, c'est pas une sinécure et perso j'avais rien à en dire parce que je voyais vraiment pas comment faire.
Du coup, si tu réussis ta mission, tu peux nous dire comment t'as fait, ça pourrait malheureusement nous être utile :/

Semi-Croustillant
Hors ligne

J'ai étudié le sujet en long en large et en travers et j'ai eu une discussion d'une heure et demie avec l'intéressée. J'ai exposé mon point de vue et mes arguments, elle m'a écouté, elle a exposé son point de vue et ses arguments, j'ai écouté aussi. Aucun de mes arguments ne l'a convaincue donc elle continue sur sa lancée. Au moins j'aurais donné mon avis, après c'est sa vie et ce sont ses choix. Elle changera peut être d'avis avec le temps même si j'en doute.

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Je suis désolée pour elle parce que quand elle comprendra, il sera trop tard pour elle parce qu'elle se sera faite plumer et pour toi aussi
parce que c'est dur de regarder quelqu'un qu'on apprécie se foutre sciemment en galère. :/
Au moins, elle t'a écouté et ne pourra jamais te reprocher de ne l'avoir pas mise en garde.
Mais c'est bien là tout le problème du lavage de cerveau : principe de base, le "gourou" a raison. De fait, tout autre argument ou raisonnement est obsolète voire malveillant.
Je pense que tu as agi en ami et que tu ne peux pas faire mieux. :)

Chevalier So Briqué
Hors ligne

Ah mince, au moins tu auras essayé :)

Chevalier
Hors ligne

Je suis désolée pour toi, je pense que si tu en es arrivée là ce n'était plus possible. En tout cas tu as tout mon soutient. :hug:
Et conteur fantôme, j'ai déjà entendu parler de ce genre d'arnaque au travail sous forme de secte, c'est apparemment plus répandu qu'on crois. Malheureusement c'est quasi impossible de sortir quelqu'un d'un système sectaire.
Car, en général, quand il ou elle en fait partie, il ou elle est vraiment convaincue du bienfondé du truc. Et pense que ce sont tous les autres qui mentent ou qui sont dans l'ignorance. Quand les gens en sortent c'est presque toujours parce que d'eux-même ils finissent par ouvrir les yeux.
Donc je pense que tout ce que les proches peuvent faire c'est d'abord de la prévention. C'est à dire en parler autour de soi pour éviter notamment à d'autres proches de tomber dans le panneau. Sous l'influence du proche sous emprise qui crois bien faire.
Et d'autre part il est à mon avis primordial de conserver autant que possible voire de renforcer son lien avec le proche sous emprise. L'histoire d'éviter l'une des méthodes de tous les systèmes sectaires : l'isolement total des adeptes, la rupture de lien avec leur proches. Afin que la secte devienne une famille de substitution, leur seule source d'affection, tout ce qu'ils ont en somme. 
Une des pires méthodes employée, je ne sais plus dans quelle secte, c'est les faux souvenirs induits. Ils arrivent à convaincre des gens que leur mère/leur père ou les deux a voulu les tuer dans son ventre quand ils étaient faetus. Ou que leur parents les ont violés/battus/tenté de tuer, quand ils étaient en bas âge, de sorte qu'ils ne s'en rappelaient pas.
Ils font, soit disant, remonter ces souvenirs par l'hypnose et malheureusement c'est très efficace. Après les gens, des jeunes en général, sous convaincus que ces souvenirs sont vrais. Et bien sûr ils haïssent leur parents et ne veulent plus jamais les voir.
Du coup la secte casse les liens familiaux qu'ils ont définitivement et les a tout à elle.
Enfin bref, malheureusement le premier réflexe est toujours d'essayer de faire entendre raison. Mais une fois que la personne est prise dans la secte, ça ne sers à rien. Car il y a toujours plus ou moins un lavage de cerveau. Qui fait qu'au bout du compte la personne ne vois plus les choses comme elles sont mais comme la secte veut qu'elle les voit.
Après il faut être deux pour faire et garder un lien, donc si la personne s'éloigne d'elle-même, on peux pas la retenir contre son gré. Mais d'après tout ce que j'ai pu voire, entendre, lire sur les systèmes sectaires, le meilleur rempart c'est le lien affectif avec les proches.
Et merci pour votre soutient à tous les copains, je vous répondrais individuellement et en développant de suite. Je voulais prendre le temps de relire les réponses et de répondre à tous. Donc je ferai un double poste ou une correction de ce message pour vous répondre.

Chevalier
Hors ligne
Ma tatie  a écrit :

Partant de là, je n'arrive pas à concevoir que ta mère ait pu ne serait-ce qu'imaginer que tu ne puisses pas te débrouiller seule. Si ce n'était si douloureux pour toi, j'en rirais !

Et encore c'est une euphémisme, selon elle j'ai un handicap mental, une faille dans le cerveau ou quelque chose du genre. Elle tient/tenais absolument à ce que je sois "malade", à en convaincre tout le monde et à ce que soit prouvé médicalement. Elle aurait rêvé qu'on me trouve quelque chose qui lui donne raison et était persuadée d'avoir raison contre tout le monde.  Elle avait la prétention d'être la seule à vraiment me connaitre et tous que les autres proches étaient dans le déni. Alors qu'elle ne s'est jamais intéressée à moi, si ce n'était pour me considérer comme un vaste problème. Ce qui fait qu'en fait elle ne me connais/connaissais pas du tout. Ou plutôt seulement comme elle voulait bien me voir, par le prisme de son délire.
J'ai pris vraiment conscience de ça quand au début de l'âge adulte, je ne me suis enfin un peu rapprochée de ma soeur. Qui m'a tout raconté, ce que notre mère disais sur moi à tout le monde derrière mon dos. Et comment elle essayait de la manipuler pour qu'elle se charge de moi à sa place. Me considérant comme mineure à vie, incapable de se prendre en charge seule. D'ailleurs elle a toujours essayé de faire de ma soeur, qui n'a que deux ans et demi de plus que moi, ma mère à sa place. Afin de ne pas avoir à s'occuper de ses enfants, tout en s'assurant que j'étais bien sous contrôle.
C'est difficile à croire dis comme ça, mais je n'exagère rien, c'est la pure et dure  vérité. Quand j'étais ado, j'ai passé un scanner du cerveau alors que je n'avais eu aucun accident, rien qui justifie un tel examen. Et moi naïvement, je l'ai passé sans me poser de question. C'est seulement il y a quelque années, que j'ai appris de la bouche de ma soeur ce qu'elle racontait sur moi à qui voulait l'entendre : qu'elle avait fait une chute quand elle était enceinte de moi et que ça m'avait fait une fêlure au cerveau ou je ne sais quoi.
Bien sûr je n'ai jamais cru à cette connerie, ni ma soeur. D'abord il aurait fallu que la chute soit très grave pour impacter le faetus à l'intérieur du ventre au point d'avoir un traumatisme crânien. Et que c'était très bizarre qu'il n'y ait alors pas eu de complications pour le restant de la grossesse et ensuite à ma naissance. Alors que tout s'est passé comme sur des roulettes, accouchement à terme et en deux heures sans aucune complication et bébé parfaitement normal, RAS. Bizarre après une chute tellement grave qu'elle aurait impacté le crane du bébé à naitre
J'ai parlé de ça à mon père, il m'a dit qu'il ne se rappelait de rien de la sorte. Juste une petite chute sur le cul en dansant le rock quand elle était enceinte de ma soeur, m'a-t-il dit en rigolant. Il trouvais manifestement  cette histoire ridicule.
S'il y a avait eu vraiment quelque chose de tellement grave, je pense quand même que mon père s'en serait souvenu.
Donc elle s'est fait son petit délire après coup pour justifier ses conneries à mon propos. A partir d'un lointain souvenir d'une hypothétique chute, qui si elle est bien advenue, était de toute évidence sans gravité ni conséquence.
Outre la malhonnêteté intellectuelle, le pire c'est la perversité et la malveillance de l'intention. Utiliser une histoire qui pourrait toucher n'importe qui, la mère qui culpabilise d'être tombée quand elle était enceinte. Tout ça pour me faire passer pour une fêlée aux yeux de tous ceux qui veulent bien la croire. Et donc me tuer socialement, me détruire, tout en  attirant sur elle l'empathie de tous. Se faisant passer pour une pauvre mère courage qui veut seulement aider sa fille handicapée et dont personne n'a voulu reconnaitre le handicap.
Ah oui je signale en passant que bien sûr le scanner n'a absolument rien révélé d'anormal. Et que j'ai aussi bizarrement, à la même époque, passé un test de QI. Avant ou après je ne sais plus, mais là aussi je ne me suis pas posé de questions à l'époque, j'ai cru naïvement que c'était un genre de test de routine pour tous les ados. Et bien, je m'en souviens encore, j'ai 111 de QI, ce qui est, sans me vanter, légèrement supérieur à la moyenne qui est à 98 je crois. Enfin dans les deux cas, le scanner et le teste de QI, elle a fait ça totalement derrière mon dos, comme à son habitude et sans en reparler après. Ben oui elle était bien déçue que tout lui donne tort. Elle qui espérais que j'aie une faille dans le cerveau ou au moins un QI de pois chiche. Mais comme tout ce qui ne va pas tant son sens n'existe pas, ça n'a rien changé à son délire. Et ça ne l'a pas empêchée, là encore derrière mon dos bien entendu, d'essayer de me mettre sous la tutelle de ma soeur.
Il y a quelques années de ça, on a signé ma soeur et mois des papiers concernant son héritage devant une notaire ou une avocate, je sais plus. J'ai du être la première à quitter les lieux ensuite et j'ai appris par ma soeur qu'elle a profité de mon départ pour demander à la notaire de me mettre sous la tutelle de ma soeur. Celle-ci a été choquée et a refusé, ne croyant absolument pas à ses balivernes malveillantes à mon propos. Elle a bien vu que je n'étais pas handicapée ni quoi que ce soit. Va sans dire que ma soeur aurait bien sûr refusé aussi.
Ah et j'allais oublier aussi, qu'une fois de plus où elle se plaignait de moi étant enfant et de mes résultats déplorables à l'école et qu'elle disais que l'école voulais me virer, me mettre en CLISS je sais pas comment ça s'appelait à l'époque mais bref dans une classe spéciale normalement pour enfants déficiants, handicapés, et que mon père est allé gueuler pour que je reste en classe normale, que j'apprendrais à mon rythme et elle a conclus en osant dire, devant moi et ma soeur, qu'il a peut-être eu tort et qu'ils auraient dû accepter qu'on me mette dans ces classes-là ou en école spécialisée. Alors que j'étais juste mauvaise élève, et que j'avais un comportement particulier parce que j'étais littéralement mal élevée et maltraitée. Non mais franchement quel parent peut souhaiter ça à son enfant et c'est particulièrement odieux de dire ça rétrospectivement. Sans doute que dans son délire comme je suis débile, j'y aurais été plus à ma place et là peut-être on lui aurait donné raison, on m'aurait trouvé quelque chose. Et du reste on m'aurait prise en charge dès l'enfance et elle aurait débarrassée totalement de ses responsabilités.
J'ai beau pas être proche de ma soeur, mes parents et surtout ma mère ayant toujours tout fait pour nous diviser, je suis bien de l'avoir. Car elle a fait pour moi ce que personne d'autre n'a jamais fait : m'ouvrir les yeux d'abord. Me faire prendre conscience de ce que notre mère me faisait, de sa manipulation, de son hypocrisie et de sa méchanceté. Puis m'encourager à briser mes chaines et me soutenir une fois ceci fait.
Désolée pour cette très longue parenthèse mais il me semblait important de donner des précisions pour que tu te rende compte de l'ampleur de ce qu'elle m'a fait. Que c'est pas juste une mère poule un peu trop envahissante et avec qui il est devenu nécessaire de prendre ses distances.

matatie a écrit :

Tout le monde a des rêves... du domaine du rêve et des rêves du domaine du réalisable. Ton rêve d'une vie à toi et heureuse est tout ce qu'il y a de réaliste depuis que ta mère ne fait plus partie de ton horizon. :hug:

Oui moi aussi je pense que maintenant qu'elle n'est plus dans ma vie, beaucoup de choses sont possibles, même encore à mon âge, j'ai encore bien des rêves en tête. :hug: Et maintenant que je sais à peu près ce que je peux faire après ce boulot, je suis un peu plus optimiste, même si je reste inquiète.

Matatie a écrit :

Ah oui et : demander un coup main ou un chtit coup de r'gingot** moral, ça n'a jamais été de l'ordre du parasitage ou de la faiblesse, c'est de l'ordre de l'humain.

Je suis bien d'accord avec toi. Mais c'est que j'ai été considérée plus ou moins comme un parasite ou parasite en puissance pendant vingt cinq ans. Du coup ça reste difficile pour moi quand ça va pas d'accepter l'aide d'autrui, de baisser la barrière. De montrer, d'exprimer mon ressenti du moment, mon chagrin si j'en ai au lieu de toujours donner le change. Ca reste plus facile à l'écrit qu'en vrai pour moi, mais j'y travaille et avec le temps, ça devient moins dur. J'ai déjà bien progressé sur mon rapport aux autres depuis et ça j'en suis fière.

Le conteur a écrit :

Pourtant je pense que tu t'en es plutôt bien sortie au vu des cartes que le destin t'avait distribué, et je suis persuadé que la vie te réserve encore bien d'autres beaux moments qui aideront à effacer doucement la douleur du passé et les regrets du présent.

C'est vrai je m'en suis bien sortie finalement, c'est ce que je me dis, je suis bien plus forte que je ne croyais pour avoir traversé tout ça. Ceci dit mes chaines étaient bien réelles bien qu'invisibles puisque maintenues et entretenues depuis des années et sans que j'aie eu la force de m'en délivrer jusque là. Mais surtout c'est la certitude acquise qu'elle ne changerais jamais, que tous mes efforts étaient inutiles. Ainsi que le deuil d'une part d'une relation toxique qui n'aurait jamais évolué et d'autre part de l'amour d'une mère ce que je n'ai jamais eu et n'aurais jamais.

Mary a écrit :

Je suis persuadée qu'une bonne partie de cette pression et de ces regrets que tu portes sur tes épaules ne viennent pas que de toi.

C'est pas complètement faux. J'attribue plutôt ça, du fait que dans mon envie d'enfant, j'imaginais une petite fille, blonde comme moi étant petite, une petite moi en quelque sorte et non pas un bébé, d'une part à une volonté de consoler l'enfant intérieure pour son enfance malheureuse.   Et d'autre part à une sorte de revanche sur la vie, au fait de vouloir réussir là où mes parents ont échoué. Ils ont très bien réussi économiquement, professionnellement, socialement mais ont été des parents déplorables. Je voulais, si  je ne réussissais pas comme eux professionnellement, au moins être une bonne mère, contrairement à eux. D'ailleurs étant petite, à 11 ans, quand je pensais à mon avenir, je voulais être mère et c'est tout, je m'imaginais même être enceinte. Enfin dès la puberté ça m'est passé heureusement. Mais le rêve d'être une bonne mère, d'avoir au moins une fille, ne m'a jamais complètement quitté.
Mais j'avoue que, bien que je sois très anticonformiste, la société et ses attentes pèsent forcément. Et je sais qu'on attend d'une femme de mon âge qu'elle ait des enfants ou se dépêche d'en faire un avant que ce ne soit plus possible du tout. Surtout travaillant dans une maternelle, avec beaucoup de familles nombreuses. Mais aussi au sein d'une famille où ma soeur et mes cousines où toutes eu deux enfants chacune. Et où je suis la seule sans enfant et sans conjoint, même si personne ne m'en fait la remarque. Mais j'ai plus l'impression que hormis ma soeur, les quelques membres de la famille dont je reste proche mes cousins cousines, mon père, ma belle-mère, ont de la peine pour moi. Ont l'impression que j'ai eu une vie triste et solitaire que je subis plutôt que choisi et me plaignent. Je ne me suis vraiment ouverte à eux que  depuis deux ans que j'ai brisé mes chaines, avant je donnais le change et ne montrai rien. Mais ils sentaient que j'étais plutôt malheureuse même s'ils ne savaient pas pourquoi, n'avaient aucune idée de ce que je subissais. Du coup même s'ils me trouvent changée depuis, c'est comme si ils me redécouvraient et sont à la fois abasourdis par ce que je leur ai révélé et un peu déconcertés. Ceci dit j'ai toujours l'impression qu'ils me plaignent et s'inquiètent, idem pour le père et la belle-mère. Mais en tout cas, j'en ai fais mon deuil de cette enfant dont j'ai rêvé et je n'en suis pas si triste que ça, je me dis que c'est la vie.

Mary a écrit :

Ensuite il y a ta maman... Tu n'as pas eu de chance sur ce coup-là.

Ca c'est clair, à vrai dire, j'ai même beaucoup de mal à lui attribuer le titre de "maman" il y a bien trop de charge affective dans ce terme pour que ça lui correspondre. Je considère que je n'ai jamais eu de maman, c'est déjà à peine si j'ai eu une mère hormis au sens biologique. D'ailleurs déjà étant ado ça m'a toujours fais du mal quand on me disais "ta maman".
Ca me rappelais que je n'en avais pas et que celle qu'on appelait ainsi usurpait, salissais ce terme étant tout le contraire de  ce qu'il évoque d'amour et d'affect. D'ailleurs depuis l'adolescence j'ai toujours dis "ma mère" jamais "ma maman" en parlant d'elle. Et à l'âge adulte ça m'a toujours un peu écorché les lèvres de dire maman, même si je le disais ne pouvant l'appeler autrement.

Mary a écrit :

Comme pour elle, je suis sure que si tu prends le temps de regarder en arrière et d'y penser, tu as accompli des choses qui t'ont bien occupée :D Te découvrir est une de ces belles choses à mon avis ;)

Ce dont je suis le plus fière c'est d'avoir réussi à briser mes chaines, à lui montrer pour de bon qu'en fait j'étais bien plus forte qu'elle, qu'elle ne me faisais plus peur et qu'elle n'avait plus prise sur moi. Ce jour-là a été la plus grande victoire de ma vie probablement. Et aussi d'avoir survécu, pendant toutes ces années de malheur, en gardant cette petite flamme d'espoir en moi qui me disais que des jours meilleurs viendraient. 
J'ai plein d'autres petites victoires dont je suis fière mais c'est beaucoup moins personnel du coup c'est moins important et ne mérite guère d'être évoqué. Je t'embrasse aussi.  :hug:

Coco a écrit :

Tiens, j'ai vu passer ceci sur Twitter, ça m'a rappelé ce que tu disais sur ta mère, Mélu. Ça peut donc peut-être t'intéresser, et peut-être d'autres... bref, le partage peut pas faire de mal.

    Si vous avez subis du harcèlement scolaire, avez des parents toxiques, subissez plusieurs oppressions.. Renseignez-vous sur le C-PTSD.
    C'est quelque chose qu'on développe quand on subit des traumatismes répétés voir continus. Peu de ressources en français malheureusement.

    https://www.facebook.com/80478695959129 … =3&theater

Merci coco pour le lien et oui ça me correspond bien. D'autant plus que tu crois pas si bien dire, j'ai subi en plus d'une mère toxique, des violences physiques relativement modérées mais quotidiennes de la part de mon père et en prime du harcèlement scolaire, j'ai vécu un enfer au lycée. En fait comme j'avais été victime de maltraitance physique et que j'étais toujours victime de violence morale quotidienne et de négligence totale du reste, j'étais la victime toute désignée pour tous les ordures du lycée. Je pense d'ailleurs que si moi je ne me suis pas tuée comme d'autres, c'est que j'étais malheureusement habituée à être maltraitée depuis l'enfance et avais appris à y survivre. 
D'ailleurs même si on me l'a déjà suggéré sans que je donne suite, depuis que tu m'as parlé de ça et donné le lien, je pense à entamer une thérapie. Seulement je sais pas trop à qui m'adresse, il me faudrait vraiment un bon praticien ou quelqu'un de spécialisé. En fait j'ai déjà vu des psys dans le passé mais ça n'a servi à rien car en fait je ne leur parlais pas de ce qui me faisais vraiment souffrir mais seulement de problèmes secondaires. Même à eux je n'ai pas réussi à m'ouvrir à l'époque et je pense que maintenant je suis prête à le faire mais à condition de trouver quelqu'un de bien.
Et certaines conséquences évoquées me correspondent notamment et surtout celles sur la vie sociale, la sociabilité, c'est bien là-dessus que j'ai été le plus impactée.
Désolée pour le pavé mais je tenais à répondre à tout le monde.

Chevalière Parodisiaque
Hors ligne

Ben moi, Mélu, je vais te dire : plus je te lis et plus je suis convaincue que test de QI ou pas, ton intelligence et ta sagesse ne font aucun mais alors aucun doute. Tu es armée pour la suite, Mélu, malgré tout ce vécu beaucoup trop lourd, mais si tu ressens profondément que tu es prête à sortir tes tripes devant un thérapeute, je ne peux que t'encourager à le faire. Voir un thérapeute non seulement donne tort à ta mère qui s'imagine que tu es faible (parce qu'il en faut, des tripes, pour faire cette démarche en acteur de sa propre régénération), mais peut t'aider à détricoter les dernières mailles de son filet.
Vis comme tu le sens, Mélu, en utilisant les armes que tu estimes utiles, au rythme de ta volonté. Nul n'a de leçon à te donner, en revanche, on est quelques uns dans le coin à soutenir tes efforts de toute la force de notre ... incongruité forumesque.
Comme tu le sens, Mélu, et quand tu le décides ;)

:hug:

Chevalière à l'Happy Kulture
Hors ligne

Et bien les enfants, on est encore bien bien loin du compte.
Belgique. 2017 ! Ça me rend dingue !
marathon Bruxelles

Chevalier aux Pouces Verts
Hors ligne

Sérieux -_-'

Chevalière à l'Happy Kulture
Hors ligne

C'est ma banque en plus... :/

Chevalier aux Pouces Verts
Hors ligne

Ouais... Bah ça hein, je suis bien à la BNP alors qu'ils ont une des pires politiques environnementales des grandes entreprises françaises... :/

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB